Woman

lorynda

Publié il y a 6 mois

Je ressens tous fortement.

Je ressens tout fortement. Enfin toutes les émotions possibles. Les joies sont les plus faciles à supporter, mais la douleur ! La douleur, je le vis constamment. Je ne vais pas à l’hôpital, je ressens la souffrance des gens autour, ni dans les enterrements. Je fais mon possible pour éviter un temps soit peu cela. J’ai arrêté d’aller à l’église pour les mêmes causes, je vis la misère, les prières des autres au point, je m’oublie. En relation, c’est encore plus difficile ! Je suis seule ! Qui voudrait d’une personne qui a autant d’intuition ? Qui sait des choses, qui les vit ? Je n’aime pas avoir raison, car généralement, j’ai raison ! Je ne sais pas, mais à la fin tout ce que je dis est juste. En terminal, rien qu’en regardant mon copain, juste à sa première phrase, j’ai su qu’il venait de me tromper. Ça été difficile, il a fini par avouer. Le rejet le sentiment que je vis le plus difficilement. Quand je le ressens même quand la personne en face me sourit, je suis triste, profondément blessée. C’est difficile de tout expliquer, là même en écrivant, je vis toutes ces émotions passées comme si cela venait de se présenter. Le positif, c’est que je suis auteur, et parfois un journal me publie et les retours sont énormes. Ils disent que je dégage plein d’émotion dans mes écrits. Je leur dis oui ! Si j’écris un drame, c’est la catastrophe, je mets environ une semaine à quitter mon personnage. Je vis mon personnage, je me revêts de lui à tel point qu’il m’habite. Je pense à tout, surtout à l’existence. Pour la confidence, j’ai une obsession pour la mort. Pas que la vie m’insupporte, je trouve la mort plus vraie, plus tragique. Je suis tragique. Je veux m’en sortir de toutes ces émotions. Je contrôle mes rêves (ça, ce sont autres choses.) oui, il m’arrive souvent de me réveiller, et si de décider de continuer le rêve et je le fais en me rendormant. C’est fou ! Et d’autres choses encore. Les gens ne comprennent pas, donc je l’ai fui. Je préfère ne pas parler avec les gens plutôt que de me perdre en explication. Mon quotidien est fait de bouleversements. J’aimerais tellement pouvoir maîtriser tout ça, mais j’ai appris à vivre avec sauf en amour ou tout devient une vraie tragédie de Shakespeare.