Woman

Alice1012

Publié il y a 3 mois

La peur et l'incompréhension des autres.

Je me suis toujours dit que j'étais étrange. Aussi loin que je m'en souvienne, ça a toujours été une évidence pour moi. Tout simplement parce que je ne me sentais pas -et que je ne me sens toujours pas- comme les autres. Les autres. Ce sont toutes ces personnes que l'on croise rapidement : dans le train, le bus, la rue, l'université, l'école. Ces personnes qu'on ne côtoie que peu, trop peu pour les connaître mais assez pour devoir faire face à leurs regards et pour se soucier de l'image qu'ils se font de moi. Je ne peux pas m'en empêcher, c'est inconscient. Et ces autres me terrifient lorsque je marche dans la rue, lorsque je prends le train. Parce que j'enregistre des mots ou des gestes qu'une personne non-sensible ne capte pas forcément. Et évidemment, mon cerveau déjà surmené par une anxiété maladive, ne peut s'empêcher de se demander s'ils n'en ont pas après moi, tous ces gens. Evidemment, je sais que ce n'est pas le cas, qu'ils ne me connaissent pas. Mais pourtant, cette peur ne s'arrête pas parce que je suis étrange. Et incompréhensible pour tous ces autres qui peuplent ma vie sans même s'en rendre compte. Qui me hantent par moments.
Et les autres, ce sont aussi tous les non-sensibles de mon entourage. Toutes ces personnes qui ne me comprennent pas et dont les avis me touchent encore plus en raison de l'affection que je leur porte. Alors, je tente de leur expliquer et là, je me heurte à une autre peur.
Celle de l'incompréhension. Et cette peur est justifiée. Ces autres qui ne me comprennent pas et qui, dans de nombreux cas, ne font même pas l'effort de me comprendre, me terrorisent et me font me sentir étrangère. Différente. Leur expliquer que je suis une éponge à émotions déclenche leurs rires et leur annoncer que si je pleure pour "un rien" c'est parce que je suis hypersensible, me rend encore plus risible à leurs yeux.
Et ça, ça me terrorise.