Man

cedric237

Publié il y a environ un mois

Mon armure d'hypersensible, ma différence, ma force

Bonjour à tous moi c'est Cédric 27 ans et je viens de prendre conscience par moi même via des conceptes therapeutique que je me suis auto administré à base de reflexion, de psychanalise, d'introspection, de psychologie inversé, de triangle de karpman etc pendant ce contexte de confinement lié au covid-19 que j’étais un hypersensible qui s'ignorait… mais qui a toujours su qu'il était différent de la moyenne. Même mes amis d'enfance qui sont restés mes amis aujourdhui me savent et m'ont toujours connu un peu sensible. C'est peu dire. Lol

Vouloir savoir et comprendre comment les choses, le monde, l'univers fonctionne au travers les sciences et ou la spiritualité, penser et cogiter un petit peu trop souvent, ressentir et absorber les émotions ambiantes des gens autour de moi et en être affecté, éponge émotionnel, empathie supérieur à la moyenne car arrivant à imaginer ce que l'autre vit et en souffrir comme lui voir même des fois plus que lui même, tendance à être à fleur de peau. Tendance à aimer les chose de la vie intensément et surtout n'arrive pas à faire semblant de simuler l'amour ainsi que des émotions et des sentiments. Apprecie grandement les contactes humains, mais a besoin de temps en temps le besoin de recharger ses batterie emotionelles dans la solitude ou la nature.

Besoin presque vitale de se nourrir d’émotions à travers l'art en l’occurrence pour moi regarder des films tristes et écouter des musiques tristes sans forcément que ce soit moi qui soit triste. (Ceci est pareil pour toute autre émotion)
Mais que pleurer de tristesse, me rend heureux comme si je me nourrissais d’émotions, et quand ces émotions sont digérées elle ressortent en larmes qui coulent de mes yeux.
Ça plus un instinct et une intuition dans les relations humaines qui ne m'a rarement tromper. Sans parler de mon attachement avec la vie animal et planétaire comme si j'était connectés et en communion à eux. Bref je suis un amoureux de la vie.

Mon enfance en un resumé tres condensé est une enfance d'orphelin né de père inconnus et d'une mère malade et irresponsable à qui on a retirer la garde à 6 ans qui a du grandir en foyer.
Mère qui décéda à mes 16 ans je n'ai su la rencontré qu'une 20 aine de fois en dix ans… toujours sous surveillance stricte des services sociaux.
Mère que j'ai connu à l'age de 5ans car avant je vivais et etais élevé par mon arrière grand mère maternelle veuve ou célibataire mais surtout indépendante que je prenais pour ma mère avant l'arrivé de ma mere biologique car c'etait mon arriere grand mère qui faisait office de figure maternelle par excellence.
Ce resumé n'est que la partie visible de l'iceberge car il faut faire court lol.

Dès mon plus jeune age j'ai compris que cette sorte de 6 eme sens qu'est l'hypersensibilité allait me servir car je ne devais pas porter une carrapace car dans mon imagination de petit garçon qui dit carrapace, disait tortue ou escargot et donc peut etre fort à l'exterieur avec sa carrapace mais faible et fragile à l'interieur avec ou sans sa carrapace.
Mais moi par contre par survie, je devais etre fort et solide à l'interieur comme à l'exterieur, et donc, j'ai du porter une armure invisible, moulante et impénétrable du petit garçon fort et toujours souriant jamais triste pour qu'on ait jamais pitié de moi car orphelin vivant en foyer.

Tout ça, pour que ma sensibilité ne soit détéctable par personne. Meme les psy que je voyait en foyer, eux ne voyait qu'un petit graçon tout ce qu'il y a de plus normal un petit peu hyper actif et un peu bagareur lol qu'on a vite decider de le mettre aux arts martiaux pour qu'il apprenne à se canaliser au lieu de lui donner à ce qu'on en cette epoque, on donne facilement aux enfants un petit peu tros actif, de la ritaline.

Merci à jamais les arts martiaux et leur philosophie de la maitrise de sois!!! Car j'ai du à mon petit niveau en autodidatce apprendre à maitriser et canaliser comme je le pouvais cette hypersensibilté seul dans mon coin.

Car il ne fallait pas que ça se sache que je suis encore plus sensible qu'une fille sensible dans un monde patriarcal et macho à tendence mysogine que j'appelais "jungle de beton" où un petit garçon doit etre fort et insensible et jamais faible car c'etait associé à la feminité lol
Jamais cette émotion de pitié ne devait exister du coup je l'ai supprimé de mon existence… (remplacer le mot supprimé par refoulé surtout)
Donc je n’étais pas sans pitié car être sans pitié signifie que la pitié existe or dans mon imagination de petit garçon, la pitié elle même n'existait pas.

De ce fait, j'ai grandi sans éprouver beaucoup de tristesse dans ma vie et sans ressentir de la pitié à mon egard, chose rare et bizarre vu le context. (Ba oui un homme fort ça ne faisait jamais pitié dans mon monde que j'imaginais mdr)
Car je n'ai pas du devenir fort ou etre fort, j'ai du être la force "masculine" elle meme avec tous les clichés reducteurs qui vont avec mdr, qui sont helas incompatibles avec l'hypersensibilité et que seul les filles pouvaient se permettre d'être sensible, faible et ou triste dans mon imagination de petit garçon lol.
Une sacré armure et croyance limitante que j'avais là mdr.

Bref je m'en suis plutôt bien tiré socialement et professionelement parlant jusqu’à mes 22 ou 23 ans ou j'ai eu marre de porter cette armure que j'ai créer de toute pièce mais qui n’était quand même pas moi. Car je commencais à me demander si les gens et mes proches m'aimaient moi ou "l'armure" et ce qu'elle representait: le job, le salaire, l'appartement, la situation etc… et que se passerait il si ils me voyaient sans mon armure et ses avantages ???

Car à cette époque là jusqu'à mes 21 ou 22 ans l'image de moi que je refletais à la societé et donc mes proche était d'une importance vitale à mes yeux… traduction: je vivais à travers le regard des autres et me comparais aux autres…
Un vrai petit cameléon qui s'adaptait à la personalité de tout le monde.
Heuresement que cela a changé.

C'est donc à mes 22 ou 23 ans que je commence à éprouver un mal être puis qui se traduit par mon entrée en grande pompe dans le monde de la psychiatrie…
Dépression, diagnostique borderligne qui n'en est plus un car il a sauté et (psychose ou plutôt décompensation psychotique ) qui pour moi et d'autres ne sont rien d'autre que des émanations de mon hypersensibilité mal gérée qui me donne tout de meme le petit fardeaux d’être un peu plus à risque que la moyenne de développer des pathologies psy.
(Depresion burnout, décompensation etc.)

Maintenant que je me sais hypersensible, j'aimerais commencer à trouver mes perle rares c'est à dire des thérapeutes étants eux même hypersensibles et specialiste de l'hyper sensibilité qui ont du vecu et qui exercent leur metier dans la belle ville de Lausanne pour m'apprendre à mieux gérer cette sorte de 6 eme sens ou tout simplement ce mode de fonctionement qui n'est ni un défaut ni une qualité et encore moins une maladie,un trouble ou un handicap, mais une chance en tout cas pour moi que seul 20% de population a le don de posséder d’après les dires et statistiques officiels.

Car aujourd'hui le petit garçon plus si petit que ça, qui croyait que sa difference nomée "l'hypersensibilité" dont il faisait l'amalgame avec le trouble borderligne faisait de lui un être "pire que faible" car il n'y avait pas de mot pour lui dans son monde pour se nomer lui meme, comprend que c'etait en faite une "force" et a toujours fait de lui quelqu'un de "pire que fort" sans le savoir lol.
Et que maintenant à travers le developpement personel, la thérapie et une dose de spiritualité, il veut : devenir quelqu'un
"de pire que pire que fort" lol, ou tout simplement traduction:
être une meilleure version de lui meme.

À tous ceux qui ont une "difference" appelez là comme vous vous le voulez, maladie, handicap, trouble, particularité, spécificité, hypersensibilé ect…
faites en votre force, et au travers cette phrase hautement symbolique:
Que la force soit avec vous!!!