Anonymous

Anonyme

Publié il y a plus de 3 ans

Heureux sont les ignorants

Bonjour,

J'ai toujours pensé que les"ignorants", ceux qui ne sont pas HS, étaient
plus heureux car ils n'ont pas conscience du pire...
HS depuis mon enfance, j'ai été exclue, rejetée, par les élèves à
l'école, au lycée, mon entourage familial qui ne me comprenais pas.
Comme beaucoup d'un passé difficile dans l'enfance, je me suis
renfermée, je suis devenue tellement introvertie que j'en étais
associable. J'avais peur de tout et tous le monde, chaque personne qui
m'approchait pouvait être un "bourreau" potentiel. Cela a souvent été le
cas...
Cet état à provoqué beaucoup de problème de santé pendant des années,
car je gardais tout à l'intérieur et ne pouvais m'exprimer, exprimer ce
que je ressentais ni qui j'étais vraiment...Pour éviter de blesser les
autres comme ils me blessaient car je ressentais aussi leurs propres
souffrances, j'ai tout gardé mais je me suis blessée presque détruite.
La souffrance était tellement violente que j'ai voulu souvent en finir
avec la vie pour stopper ces douleurs physiques, psychologiques,
émotionnelles, ces tortures: Qui suis je? Ai je vraiment une place? Suis
je atteinte d'une maladie psychiatrique? Suis je folle? Suis je
dépressive? et bien d'autres interrogations encore....
Ma mère à d'ailleurs voulu me faire interner à 8 ans...Puis sont venus
les coups, comme si je n'avais pas le droit d'exister, je n'étais pas
"normale"...Elle n'a d'ailleurs pas été la seule...
La différence n'est pas autorisée dans ce monde de normes...

Et puis, est venue doucement la guérison, des émotions, du corps,
l'acceptation que j'étais différente, que je ne vivrais jamais comme les
autres, j'ai appris à me connaître, à comprendre ce qui me gênait, me
blessait: les personnes, les situations, les lieux.
J'ai découvert que j'avais une vision différente, plus fine, que les
choses étaient plus belle que la plupart ne le voit, derrière l'horreur
se cache aussi la beauté, la lumière finie par percer l'ombre, j'ai
finis par accepter que la vie est une balance et que les opposés sont
nécessaires l'un à l'autre.
Et après 34 ans de calvaire, j'ai retrouvé goût à la vie, l'envie de
faire confiance, j'ai appris à m'aimer, à aimer ce corps qui m'avait
tant fait souffrir et que d'autres avaient meurtrit.
J'ai choisis que ma différence avait une beauté et que je pouvais faire
partager cette vision à d'autres, si d'autres avec patience m'ont aidée
à avancer et m'en sortir sur les routes tortueuse, en aidant d'autres
personnes dans leurs souffrance, j'ai commencé à trouver la paix, et à
pardonner à ceux qui m'avaient fait souffrir, ils ne comprenaient pas et
ne pouvaient pas comprendre car ils ne vivaient pas ce que nous les HS
vivons au quotidien et au plus profond de nous même. Mais le pardon ne
fait pas oublier la longue route pour autant. Alors les souvenirs
d'horreurs deviennent des expériences et en me retournant souvent je me
suis dit: J'ai déjà fait tellement de pas que je ne pensais pas être
capable de faire, les marches étaient hautes mais je les ai gravies,
alors pourquoi m'arrêter, le plus dur est un peu plus loin derrière
chaque jour...et appartient au passé.
Hier n'existe plus, il devient un souvenir et des expériences, pourquoi
continuer à le faire vivre aujourd'hui, et demain n'est pas encore
écrit, mais je choisis chaque jour que demain ne ressemble pas à hier...

Et chaque jour devient un peu plus beau depuis 2 ans, le partage devient
un cadeau, les rencontres sont belles et sincères et les autres ne font
que passer et ils appartiendront au passé...

La vie devient belle, je n'aurais jamais imaginé penser cela il y a
encore 2 ans, l'acceptation de la différence devient une force et un allié.

En réalité nous n'avons pas moins que les autres, nous avons quelque
chose en plus et cela peut devenir une vraie force bien que cela fasse
notre fragilité...les opposés cohabitent et l'harmonie peut exister...

Il est possible de vivre en étant HS dans un monde qui rejette la
différence, oui nous devenons des caméléons pour pouvoir survivre et
exister dans ce monde mais l'équilibre ne nous empêche pas de s'accepter
en étant différent, quand on commence à s'accepter au lieu de rejeter ce
que nous sommes, on rencontre des personnes qui nous ressemblent, qui
nous acceptent et nous comprennent...

Garder l'espoir, la lumière est toujours au bout du tunnel et vous
n'êtes pas seul...